in

Morbius : Critique du film : Ce film de super-héros et de vampires est nul

Morbius : Critique du film

Sony veut tellement avoir son propre univers cinématographique qu’il a créé “Morbius”, un film absolument épouvantable qui nous présente un tas de visages de goules en images de synthèse et espère que tout ira bien. Mélange de films de vampires et de films de super-héros des années 90, “Morbius” fait officiellement partie du Sony’s Spider-Man Universe du studio, qui est maladroit, bricolé et en constante évolution, et que personne ne confondra jamais avec le Marvel Cinematic Universe.
Si Sony a toujours la mainmise sur Spider-Man, il a également à sa disposition toute une série d’autres personnages proches de Spider. Ils ont eu de la chance avec “Venom”, qui a réussi malgré ses nombreux défauts grâce à un personnage principal très reconnaissable et à une performance plus que réussie de Tom Hardy. Pas de chance cette fois-ci.

Jared Leto, la star de “Morbius”, peut être très fort et exagéré s’il le souhaite (il suffit de voir son récent rôle dans “House of Gucci”), mais il est ici très discret. Comme tout le monde, d’ailleurs. Il n’y a aucune énergie à trouver dans le film, rien qui ressemble à une étincelle. Tout le monde traverse le film en traînant les pieds comme s’ils souffraient d’une gueule de bois de médicaments contre le rhume. “Venom” n’est pas ce que j’appellerais un bon film, mais il n’est jamais devenu ennuyeux. “Morbius” pourrait très bien vous endormir.

“Ah bon”, vous pourriez dire. “Les effets spéciaux sont-ils bons ? Est-ce qu’au moins on est distrait par un grand spectacle cool de super-héros ?” Absolument pas. C’est un film laid, mis en scène dans des pièces non descriptives et des laboratoires stériles. Tout est baigné dans une teinte bleue semblable à celle du Windex. Il n’y a aucun sens de l’échelle – ou du lieu. S’il n’y avait pas plusieurs plans d’ensemble de l’horizon new-yorkais, nous n’aurions absolument aucune idée de l’endroit où se déroule “Morbius”. Quant à savoir comment, ou pourquoi, ce film s’inscrit dans l’univers plus vaste de Sony Spider-Man, je vous laisse le soin de le découvrir, lecteur. Sachez simplement que les résultats sont aussi stupides et décevants que tout ce qui se passe dans cette flaque de jus d’ordures déguisée en film.

Leto incarne le Dr Michael Morbius, le genre de scientifique brillant à qui tout le monde autour de lui rappelle constamment son génie. Il souffre également d’une maladie du sang mortelle, et cinématographiquement vague, qui aurait déjà dû le tuer. Au lieu de cela, Morbius a consacré sa vie à essayer de trouver un remède, pour lui-même et pour son ami de toujours, Milo (Matt Smith), qui souffre de la même maladie. Au cours de sa carrière, Morbius a inventé du sang synthétique pour sauver des vies, mais il n’a toujours pas réussi à se soigner (ni à soigner Milo).
Finalement, Morbius pense avoir la réponse : il croise du sang humain avec du sang de chauve-souris vampire et le teste sur lui-même ! Le film nous donne quelques explications douteuses sur la façon dont cela peut fonctionner, mais honnêtement, je n’en avais pas besoin. C’est bon. Je sais que c’est une prémisse ridicule, et je n’ai aucun problème avec ça. Par tous les moyens, soyez stupides ! Malheureusement, il n’y a pas de place pour la bêtise ici. “Morbius” ne veut pas s’arrêter une seule seconde pour admettre qu’il est ridicule. Au lieu de cela, il avance avec un ton très sérieux, constamment en conflit avec ce qui se passe réellement à l’écran.

Dans la plus pure tradition de la “science folle”, les choses ne se déroulent pas comme prévu et Morbius est transformé en monstre. C’est une sorte de vampire, qui peut voler, se faire pousser des crocs et porter un trench-coat comme une cape. Et oh oui, il a des superpouvoirs ! Il est fort, rapide, et il peut entendre les choses très bien maintenant ! Il peut se transformer en un flou cartoonesque qui explose dans une pièce. Et il est aussi très, très proche des chauves-souris. “Elles m’accueillent comme un frère”, raconte-t-il à un moment donné, en parlant de ses nouveaux compagnons ailés. Bien sûr, comme tu veux, Morbius !
Un produit inférieur
Morbius
Sony

Si toutes ces nouvelles compétences peuvent être considérées comme une bénédiction, elles s’accompagnent également d’un lourd fardeau. D’une part, Morbius ne peut pas étancher sa soif de sang, ce qui met les autres autour de lui en danger. D’autre part, lorsqu’il est en colère, le personnage a tendance à transformer son visage en une image de synthèse, avec des pommettes macabres, des crocs surdimensionnés et un nez en forme de museau. C’est probablement discutable à ce stade, mais bon sang : que sont devenus les effets de maquillage pratiques ? Vous vous souvenez des jours de gloire de Rick Baker et de ses collègues ? Le type d’artistes qui pouvaient prendre des matériaux tangibles et transformer un être humain en quelque chose d’autre que le monde ? C’était magique avant. Les films étaient magiques. Et je veux que cette magie revienne.

Mais le plus souvent, on a l’impression que cette époque est révolue et qu’elle ne reviendra jamais. Pourquoi engager un maquilleur de créatures quand on peut simplement enterrer Jared Leto dans une absurdité numérique ? Peut-être que je me raccroche à n’importe quoi ici. Mais un film aussi bâclé et mal planifié que “Morbius” exige que l’on s’accroche à la vie, cherchant quelque chose, n’importe quoi, à quoi s’accrocher. Si nous devons être soumis à ce radotage, pouvons-nous au moins avoir un peu de répit ici et là ? Ramenez la magie, c’est tout ce que je dis. Donnez moi quelque chose, les gens. Travaillez avec moi.

La nouvelle forme du monstre de Morbius entraîne des morts, ce qui convainc le bon docteur que tout ceci était une erreur. Mais Milo s’en moque. Il veut retrouver la santé et, contre l’avis de Morbius, prend lui-même le cocktail de sang humain/chauve-souris. Cela permet à Milo de devenir le méchant du film. Pourquoi ? Parce que c’est ce que demande l’intrigue. Tout ici est une question de routine, et un héros a besoin d’un méchant. Peu importe qu’il n’y ait absolument rien qui explique pourquoi Milo devient un méchant à part entière et Morbius reste noble. Cela n’a pas d’importance. Smith, béni soit son coeur, essaie vraiment d’injecter une sorte de vie dans son personnage. Mais il ne peut pas tout faire.
Il s’en sort au moins mieux qu’Adria Arjona, qui est tout à fait oubliable dans le rôle de Martine, la collègue scientifique de Morbius. Puisqu’elle est le personnage féminin principal, l’approche ” paint-by-numbers ” susmentionnée exige qu’elle devienne l’intérêt amoureux de Morbius, même si Arjona et Leto n’ont rien qui ressemble à une alchimie. Les personnages se montrent et tentent de temps à autre de badiner, mais les dialogues et l’exécution ont la cadence d’une perruche qui imite les mots. Et encore, une perruche vendrait probablement mieux ses répliques. Et les scènes de “Morbius” ne se terminent pas, elles s’éteignent. C’est comme si tout le monde était à court de choses à dire et que le monteur abandonnait et passait à autre chose.

Ce qui est peut-être le plus exaspérant dans “Morbius”, c’est qu’il est finalement inerte. Ce film n’est pas agressivement mauvais, ou mauvais d’une manière amusante et divertissante. Il est tout simplement mauvais. C’est mauvais dans le sens où quelque chose de peu inspiré est mauvais. Quelque chose qui a été construit sans une once d’amour, de soin ou d’intérêt. Il est tout à fait clair que personne ici – ni Leto, ni le réalisateur Daniel Espinosa, ni les scénaristes Matt Sazama et Burk Sharpless – ne s’investit dans ce qu’il crée. J’imagine que tous ces gens se sont assis pour des interviews à un moment ou à un autre de la campagne de marketing du film et ont dit “J’aime le personnage de Morbius et je suis excité de lui donner vie” ou quelque chose d’approchant. Si c’est le cas, je vous assure qu’ils ne disent pas la vérité. Ils ne font que répéter des points de discussion.

Ce n’est pas une oeuvre d’art faite par des gens qui s’en soucient. C’est un produit. Pour être honnête, tous les films d’Hollywood le sont. Mais beaucoup d’entre eux sont meilleurs pour nous convaincre du contraire. “Morbius” ne nous offre rien qui vaille la peine d’être savouré. Il existe simplement pour engendrer des suites et des spin-offs, à la manière des mercenaires. Mais ce n’est pas parce qu’on nous sert cette bouillie à la cuillère qu’il faut l’avaler gaiement et en redemander.