in

La série Moon Knight de Disney+, originale et atypique, mérite d’être suivie

La série Moon Knight de Disney+

L’unique et excentrique <i>Moon Knight</i> de Disney+ mérite d’être obsédé.
Engelbert Humperdinck. Ce n’est pas un nom que la plupart des gens associent aux super-héros, pourtant c’est la voix que les téléspectateurs entendront lorsque Oscar Isaac apparaîtra pour la première fois à l’écran dans Moon Knight, la nouvelle série de Disney+ mettant en scène l’un des personnages les plus complexes de Marvel.

La chanson de Humperdinck, “A Man Without Love”, est diffusée au début du premier épisode, alors que le personnage d’Isaac, Steven Grant, se réveille et se prépare pour son travail subalterne. Destinée à illustrer le sentiment de nostalgie de Grant, la chanson du crooner britannique datant de 1968 est une façon étrange, bien qu’intéressante, d’introduire le personnage principal de cette dernière série de super-héros.

C’est aussi un avant-goût de ce qui est à venir dans ce qui pourrait être le programme télévisé le plus unique de Marvel à ce jour. À la fois comédie, action et aventure, avec des touches de romance et d’horreur, Moon Knight est diversifié dans sa narration, ce qui le rend bizarre de la meilleure façon possible.

La mini-série de 6 épisodes commence par une présentation de Steven Grant, qui est la personnalité la plus banale. Grant travaille à la boutique de souvenirs de la National Art Gallery de Londres et possède une connaissance approfondie de l’égyptologie. Bien que timide, il aimerait être un guide touristique pour la vaste collection de reliques égyptiennes de la galerie, mais sa patronne Donna (Lucy Thackeray) le trouve bizarre. Elle n’est pas la seule.

Le sentiment de nullité de Grant s’étend également au public. Il termine les appels à sa mère en disant “Plus tard, les alligators” et son plus proche compagnon est une statue vivante dans un parc qui ne quitte jamais son personnage lorsque Grant partage les événements de sa journée. À un moment donné, il termine même une conversation unilatérale par “Je te verrai sur la tong”. Mais l’abrutissement de Grant ne se limite pas à sa maladresse sociale et à son accent britannique à peine moins faux que celui de Dick Van Dyke dans Mary Poppins. En fait, il a des problèmes bien plus importants.

Grant s’évanouit fréquemment et se réveille dans des endroits inhabituels, ce qu’il considère comme une irrégularité du sommeil. Cependant, il découvre bientôt qu’un rêve dans lequel il vole un scarabée et échappe aux griffes d’un homme appelé Arthur Harrow (Ethan Hawke) est réel, et qu’il est en danger. C’est alors que Grant est confronté à une voix dans sa tête qui appartient à l’Américain Marc Spector (également Oscar Isaac), son alter ego mercenaire qui peut se transformer en justicier, Moon Knight.

Spector est l’Avatar de Khonshu (interprété par F. Murray Abraham), le dieu égyptien de la lune. Dans ce cas, un Avatar n’est pas une grande créature bleue de Pandora mais le représentant humain d’un dieu égyptien qui est doté de pouvoirs spéciaux. Grant apprend que ses trous de mémoire sont dus au fait que Spector prend le contrôle de leur corps commun. En tant que Moon Knight, Spector protège les personnes vulnérables et rend la justice. Sa mission principale est d’empêcher Harrow de déclencher des ravages dans le monde.

Si cette histoire semble un peu tirée par les cheveux, c’est exactement ce que pense Steven Grant, qui s’exclame même lorsque Spector lui explique la situation : ” C’est la chose la plus stupide que j’ai jamais entendue. ” Bien qu’elle ne le soit certainement pas, l’histoire de Moon Knight nécessite une ouverture d’esprit en raison de sa complexité inhabituelle, mais intrigante. Comme tout fan de ses comics peut l’attester, Marc Spector contient des multitudes, pas seulement Steven Grant. Heureusement, la série télévisée Moon Knight a simplifié certaines des tendances les plus idiosyncratiques du personnage de la bande dessinée, ce qui a donné lieu à un programme bien structuré qui se concentre principalement sur les actions de quatre personnages centraux : Grant/Spector, Harrow, et Layla El-Faouly (May Calamawy).

Une fois que Spector et Grant ont pris conscience l’un de l’autre, Moon Knight atteint sa vitesse de croisière. Grant est clairement dépassé par les événements, mais il a une douceur attachante que le public va adorer. Il n’hésite pas à faire des commentaires involontaires et est parfois hilarant, mais de manière subtile et britannique. Grant est la vedette des quatre épisodes disponibles pour la critique, et à juste titre. C’est le personnage le plus intéressant de la série, mais il la fait reposer sur l’humilité, l’innocence et le charme des intellos. À bien des égards, parce qu’il n’a aucune idée de ce qui se passe, il est aussi l’Avatar du public.

Marc Spector ne pourrait pas être plus différent de Steven Grant. Proche de la mort lorsque Khonshu le sauve, il a une dette de vie qu’il cherche désespérément à rembourser. Bien que dur, c’est une âme torturée qui lutte constamment contre Grant pour le contrôle, un peu comme Eddie Brock (Tom Hardy) luttant intérieurement contre Venom. Isaac joue ses deux rôles à merveille et vous aurez rapidement l’impression de regarder deux acteurs différents. C’est une performance magistrale.
Layla El-Faouly, quant à elle, est la femme dont Steven Grant a toujours rêvé – ce qui est ironique quand on sait que Spector essaie de rester aussi loin d’elle qu’il le peut. Intelligente, forte et coriace, Layla rappellera à beaucoup Evelyn (Rachel Weisz) de La momie. Elle voit Grant et Spector comme des opposés polaires, l’un honnête jusqu’à la moelle et l’autre comme un voyou. Pour des raisons différentes, elle les aime tous les deux et est le ciment qui les aide à travailler ensemble. C’est Layla qui donne à “Moon Knight” son côté action et aventure.

Ethan Hawke, quant à lui, est hypnotisant dans son rôle de super-vilain d’un genre rare. Cool et détendu, Harrow n’utilise pas la force ou la manipulation, du moins pas au début. Il dit simplement sa vérité et agit en fonction de la réponse de la personne. Harrow est si calme qu’à un moment donné, il offre même à Steven Grant une soupe aux lentilles alors qu’ils s’assoient calmement pour manger. Cependant, l’attitude calme de Harrow est trompeuse. En tant que fervent adepte d’un dieu égyptien différent qui punit les gens pour des actes maléfiques qu’ils n’ont pas encore commis, il est puissant et peut libérer des créatures vicieuses et terrifiantes. (Vous voudrez couvrir les yeux de vos enfants pendant ces segments).

Les performances brillantes des trois personnages principaux s’intègrent merveilleusement à l’histoire fascinante de Moon Knight. Les quatre premiers épisodes s’appuient les uns sur les autres mais se suffisent également à eux-mêmes. Lorsqu’un rebondissement majeur est révélé plus tard dans la saison, vous aurez une idée de ce qu’il va se passer mais vous serez quand même époustouflé.

Moon Knight parvient à équilibrer habilement ses racines complexes dans les comics avec une histoire subtile, humoristique et juste ce qu’il faut de geekitude. Elle mélange parfaitement plusieurs genres, avec un mashup unique qui donne à la série une ambiance excentrique que le public va adorer. Avec Moon Knight, Marvel n’a pas seulement développé son prochain grand super-héros, mais a aussi créé la nouvelle obsession du streaming.